Nicolas Perez novembre - 4 - 2008
avatar

Mon expérience de président d’association m’a beaucoup apporté que ce soit d’un point de vue humain que d’un point de vue de la connaissance de la gestion d’une structure et du développement de son action.
Je vais tenter d’apporter quelques modestes conseils à ceux qui envisagent notamment de construire leur projet en médiation animale.

Je vous rappelle que tout billet déposé est fait pour être commenté [1] . N’hésitez donc pas à faire des commentaires, à nous faire partager vos expériences, à préciser des éléments oubliés…

Monter un projet, quel que soit la forme juridique qui sera choisie, nécessite souvent une bonne dose de courage. En effet, il est fort probable que vous allez rencontrer des difficultés, voir des montagnes. Il est donc indispensable, avant d’entreprendre toute démarche, de se poser les bonnes questions, de clarifier son idée et de connaitre les principes généraux de la méthode d’élaboration de projets. C’est parce que vous saurez dans quelle direction aller, que vous éviterez certains écueils et pourrez vous concentrer sur le coeur de votre investissement : les Activités Associant l’Animal.

Chapitre 1 – Les démarches et questionnements préalables

Première étape : Se poser les bonnes questions

Pourquoi ce projet ?

Un défi, un rêve, une vocation, un projet professionnel ou un engagement associatif ? etc. Il s’agit pour vous d’être au clair avec l’orientation et l’investissement que vous souhaitez donner à votre projet. Ce questionnement vous permettra d’adopter une posture adaptée !

Ce projet a-t-il intérêt ?

Ensuite, il vous revient de faire un diagnostic du territoire sur lequel vous souhaitez installer votre projet. L’analyse des besoins et des actions déjà mises en place est à mon sens essentielle !
Existe-t-il des projets similaires sur ce territoire ? Y a-t-il des besoins, des attentes et des demandes ? Ce projet a-t-il un intérêt pour les collectivités et institutions ? Vient-il en complément de projets déjà existants ou en concurrence ? Les partenaires potentiels ne préféreront-ils pas avoir recours à l’existant ? Ne faut il pas mieux se rapprocher d’une structure existante et lui proposer mes compétences ? etc

Est-il réalisable ?

Quelles sont les compétences et les qualités nécessaires à la réalisation du projet ? Suis-je suffisamment formé ? Suis-je entouré des bonnes personnes ? Ces personnes me suivront elles sur l’ensemble du projet ? Ai-je une idée du temps qui me sera nécessaire pour réaliser ce projet ? Faudrait il que je complète ma formation au préalable ? Suis-je capable de palier les défaillances des personnes qui m’accompagnent ? Ai-je des évènements de vie qui peuvent ralentir ou interférer la déroulement du projet ? Pourrai je y consacrer le temps nécessaire ? Où puis je me former sans engager des frais importants?

Ces premières questions vous inciteront peut être à vous rapprocher des structures existantes ou au moins à prendre contact avec elles afin de glaner quelques informations souvent précieuses.

Elle vous permettront peut être également d’envisager des formations complémentaires avant de vous lancer dans la concrétisation de vos actions. Une fois le projet réellement lancé, il est souvent difficile, par manque de temps, de s’engager dans ces types de compléments.

Les formations évoquées ci-dessus concernent celles liées à la création et à la gestion d’une structure sous toutes ses formes.

Deuxième étape : Rédiger un projet.

Grâce à la première étape, vous avez pu réaliser un diagnostic de votre territoire et vous rendre compte de l’intérêt d’une telle action sur ce dernier (besoins, demandes, existence ou non de projets similaires). Si ce diagnostic confirme la pertinence d’un tel projet, il faut maintenant vous lancer dans la rédaction.
ATTENTION ! Il ne faut confondre :
– le projet qui permet d’envisager les grandes orientations de votre structure : il s’agit de l’objet social. C’est celui-ci que j’évoque dans ce billet et dans cette deuxième étape ;
– et le projet spécifique : il s’agit là des projets élaborés pour une action particulière.

Son contenu

Il indiquera ce que vous proposez :
– Quels sont les objectifs de votre structure?
– Quelles sont les activités proposées ?
– Quels sont les bénéficiaires ?
– Quelle est la démarche globale ?
– Quelles sont les orientations possibles ?
Il ne faut pas négliger cette étape qui vous permettra de définir clairement votre projet et de préparer éventuellement un premier outil de communication (plaquette de présentation, argumentation, intérêt du projet…)
Ces éléments vous permettront notamment d’envisager une police d’assurance pour vos activités.

Qui le propose ?

Ensuite, il faut déterminer qu’elles sont les personnes qui mèneront les actions de terrain auprès des bénéficiaires et de partenaires éventuels. Quelles formations pour ces personnes ?

Et là, il se pose LE problème puisqu’aucune formation en médiation animale n’est reconnue. Pensez donc à pouvoir arguer immédiatement d’une formation initiale reconnue : travailleur social, professionnels de la santé, éducateur canin, vétérinaire etc, ce que vous voulez à partir du moment ou ce que vous proposez est cohérent par rapport à votre formation initiale !!!
Tant qu’aucune formation n’est reconnue, ce conseil va vous faire gagner un temps astronomique !!! Surtout, si vous souhaitez vivre de vos activités… Je peux vous assurer qu’au sein de notre association, si nous n’avions pas eu des personnes possédant des diplômes reconnus en lien avec ce que nous proposions, nos partenaires ne nous auraient pas accordé leur confiance… Ils nous l’ont clairement dit ! Et nous pouvons les comprendre

Comment aller vous le financer ?

Il vous faudra établir un plan de financement global. Par exemple dans les associations ceci s’appelle un budget prévisionnel général. Il résume l’ensemble des dépenses et des recettes nécessaires à la réalisation de votre projet associatif. Toutes les dépenses doivent être chiffrées, précises et justifiées. La présentation est de type recettes / dépenses. Vous trouverez ci-dessous une présentation du plan comptable associatif.

CHARGES PRODUITS
60 Achats : Prestations de service, eau … 70 – Ventes de produits finis, prestations de services
61 Services Extérieurs : location, assurances … 74- Subventions d’exploitation
62 Autres Services extérieurs : Frais postaux, télécom, poste 75 – Autres produits de gestion courante : Cotisations …
63 Impôts 77 – Produits exceptionnels : Mécénat, Dons …
64 Rémunération du personnel : Salaires Brut; charges patronales … 78 – Reprise sur amortissements
65 – Autres charges de gestion courante
67 – Charges exceptionnelles
68 – Dotation aux amortissements
TOTAL DES CHARGES PREVISIONNELLES TOTAL DES PRODUITS PREVISIONNELS
86 – Emploi des contributions volontaires en nature : Personnels bénévoles, secours en nature … 87 – Contributions volontaires en nature : Bénévolat, prestations en nature …
TOTAL DES CHARGES TOTAL DES PRODUITS
RESULTAT = ZERO ou POSITIF!!! Les comptes doivent être équilibrés ou excédentaires !!!!

Il faut être rigoureux, le sérieux de votre projet sera jugé sur ce document. Cette étape vous permettra ainsi qu’à vos futurs financeurs, de se rendre compte de la viabilité financière de votre projet. Il vous est indispensable d’arriver à prévoir quelles seront vos dépenses sur l’année, voir sur les deux prochaines années, et surtout comment vous pourrez les couvrir.

Les difficultés que vous allez rencontrer :

1 – Estimer les dépenses : sur vos premières années d’exercices, il est très difficile d’estimer les coûts. Ils ont une «  »fâcheuse «  » tendance à croire de manière exponentielle (et non proportionnelle) et des nouvelles dépenses «  »surprises » » prennent souvent l’habitude de grever votre estimation initiale.

c’est tout l’intérêt ensuite de développer des outils d’analyse stratégique et de suivi.

Je vous glisse une petite formule qui vous sera plus qu’utile pour estimer la masse salariale. N’ayant jamais géré de structure avant celle de Résilienfance, j’ai mis des mois et des mois pour l’obtenir, ce n’était pas faute d’avoir appelé Assedic, Direction du Travail et autres services … no comment … Et pourtant ça paraît d’une simplicité exemplaire ….

Reprenons :
Salaire net (SN) + charges salariales (CS) = salaire brut (SB)
Salaire brut (SB) + charges patronales (CP) = masse salariale
Donc SNx1,3=SB (30% de Charges salariales)
MS = SNx1,3×1,45 ou SBx1,45 (45 % de moyenne en charges patronales)

Petite précision qui risque de vous paraître obscure mais dont vous aurez besoin quand nous envisagerons la partie relative aux projets spécifiques.  Les dépenses ont une double alimentation : somme des dépenses spécifiques et somme des dépenses générales.

2 – Déterminer vos produits.

Afin d’équilibrer votre budget, vous allez devoir déterminer la nature de vos produits. En fonction de votre type de structure, vous allez vous confronter à des difficultés différentes.

Quelques exemples:

– pour une association, il est désormais quasiment impossible d’obtenir des subventions de fonctionnement. Vous équilibrerez sans doute votre plan de financement par le compte « prestations de service » ou des subventions au projet (notons que la première année d’activité, il est très difficile d’en obtenir une).

– pour une entreprise, vous ne pourrez pas recourir à des subventions publiques.

Certains avanceront que les sources de financement ne sont que la somme des produits des projets spécifiques. Effectivement, ce sera la cas les années N+1 et suivantes mais pas l’année N (celle en cours). En effet, il  est assez dificile de savoir comment répartir vos charges sur chaque projet spécifique la première année ou au moins sur les six premiers mois. Or,  connaître cette répartition est indispensable pour pouvoir équilibrer vos budgets spécifiques et votre budget général !!!

3 – La comptabilité : il va vous être indispensable d’avoir quelques notions de comptabilité ou de trouver quelqu’un pour s’en charger. Peut être pas au début, puisque tant que la première année n’est pas écoulée vous ne pourrez pas présenter de compte de résultat et bilan, mais dès que vous allez devoir rendre des documents comptables, la question va ressurgir. Le choix de la structure ou du statut risque d’ailleurs d’être orienté par cette problématique.

ATTENTION : Brûler les étapes, vouloir aller trop vite risquent d’entraîner un refus de vos dossiers et projets pour manque de cohérence comptable. Les premiers temps vous devraient sans doute travailler pour couvrir vos dépenses de gestion courante (fournitures administratives, assurance …) et donc ne pas être rémunéré !!!

Conclusion : Par expérience, je ne peux que vous conseiller d’être patient et de faire les choses progressivement. Les quelques étapes mentionnées me paraissent indispensables pour mener à bien son projet : n’hésitez pas à vous renseigner notamment auprès des associations qui pratiquent la même activité, à établir un diagnostic de votre territoire, à définir clairement votre projet et votre démarche, à établir un budget… Puis vient le temps où il faut se lancer et choisir la forme de structure qui portera votre projet (association, entreprise…) !!

Ajoutons que la médiation animale reste un domaine finalement mal connu des institutions. En effet, un certain nombre d’établissements ont entendu parlé de ce type de médiation mais ne savent pas concrètement ce qu’elle est et ce qu’elle implique. A mon sens, cette pratique doit faire appel à des personnes formées à la mise en relation homme-animal; il ne suffit pas d’être juste psychologue ou juste brevet d’état d’équitation par exemple pour pratiquer la thérapie avec le cheval… Malheureusement certaines institutions font appel à ces compétences sans que les personnes aient été formées à cette mise en relation. Et pourtant, les effets ne pourraient en être que bien meilleurs…

Résultat avant même de pouvoir proposer une activité associant l’animal, il faut avoir installé son projet sur des bases solides et savoir convaincre de l’intérêt de ce type de médiation avec des personnes spécialement formées. Là encore, il va de soit que les formateurs doivent avoir une longue pratique de ce type de médiation!!!

Pour en savoir plus:

Je peux vous conseiller quelques ouvrages qui nous suivront :

– 100 conseils pour créer une association – Miren Lartigue – Éditeur : Studyrama, Levallois-Perret (Hauts-de-Seine)
– Associations le guide pratique – Paul Le Gall – Prat, Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine)
– Créer et gérer une association – Miren Lartigue – Pascaline Roi – Studyrama, Levallois-Perret (Hauts-de-Seine)
– Créer et gérer une association 1901 guide encyclopédique – le Particulier éditions, Paris
– Créer et gérer une SARL ou une EURL après la loi de modernisation de l’économie du 4 août 2008, juridique, fiscal, social, comptable – Editions Francis Lefebvre
– S’installer à son compte : créer et développer son entreprise -Anne-Laure Stérin – Editeur : Delmas

Chapitre 2 – Choisir le statut ou la structure le (la) plus adapté (e).

Dans un prochain article je développerai les avantages et les inconvénients des différents statuts : Bénévoles, Salarié ( CDI, CDD, Contrats aidés … ) ; Association ; entreprise ; portage.

Le sujet étant plutôt vaste, il méritait d’être abordé dans un article indépendant, voir plusieurs …

Nicolas


[1] pour laisser un commentaire vous n’avez pas besoin de vous connecter. Il vous sera demandé seulement votre adresse mail au moment du dépôt. C’est extrêmement simple.

39 Responses to “Construire son projet en médiation animale, proposer des activités associant l’animal… suivez le guide – Acte I”

    avatar
    joelle guidi
    novembre 30th, 2008 at 12:01

    D’abord félicitations et merci pour votre article ! Quel dommage que nous n’ayons pas pu en bénéficier lorsque nous avons crée notre association !
    Nous en sommes à notre 5ème année de fonctionnement mais finalement , encore plein de questions sont d’actualité .
    Lorsque vous parlez de subventionnement au projet , est ce le fait de proposer par exemple un projet à une collectivité territoriale et , s’il est accepté , d’en percevoir le paiement ? Dans tous les cas , je constate avec tristesse qu’espérer obtenir une aide au fonctionnement semble illusoire…Nous pensions que nous ne savions pas nous adresser aux bonnes personnes mais en vous lisant , je m’aperçois que c’est général..Tant pis !
    Vous conseillez de se rapprocher d’autres assos mais pour ma part , j’ai l’impression qu’il n’y en pas beaucoup qui font le choix de créer leur structure – je parle au niveau du cheval- mais préfèrent louer une partie des équipements d’un centre équestre pré-existant ? Je me trompe ? Nous avons eu du mal à nous rapprocher d’autres collègues et aussi peut-être de bien repérer qui possède sa propre structure ou utilise celle d’autrui . Apparemment , à Résilienfance , vous êtes dans vos propres murs , c’est bien ça ? Au passage , votre site est super et je suis impressionnée par les soutiens que vous semblez avoir ! probablement aussi la reconnaissance de la qualité de votre travail qui me touche beaucoup !
    Dans tous les cas , je salue votre sens de la coopération pour nous donner toutes ces infos et prendre ainsi du temps pour ce faire !
    Encore merci et surtout , si vous le pouvez, continuez ! c’est trop chouette !

    avatar
    Nicolas
    décembre 4th, 2008 at 0:13

    Bonjour,

    Tout d’abord, merci pour vos encouragements. Veuillez m’excuser si je suis un peu synthétique mais c’est pour tenter d’être le plus clair possible :

    1 – Le Projet de la structure.
    Quand je parle ici de projet, il s’agit du projet général de la structure. Pour une association, ceci s’appelle simplement le projet associatif. Il est intéressant de l’établir avant de lancer les activités, il est comme une feuille de route permettant aux financeurs de savoir où vous souhaitez aller dans le futur mais pas pas rapport au projet spécifique que vous aller soumettre.

    2 – Les Projets spécifiques de la structure : (ça doit être après «  »exemple » » de la page deux, c’est bien cela ?)
    Par exemple : ce sont les X interventions avec telle maison de retraite auprès d’une population bien définie. Donc quelque chose de très précis (j’ai rencontré telle personne, on a identifié tel problème, on veut faire ça)
    Quand au financement deS projetS spécifiques , il peuvent être payés par :
    – soit des subventions donnés pour réaliser une action . Vous devrez donc fournir votre budget prévisionnel général de la structure et un budget prévisionnel de l’action, les comptes de résultat N-1, Bilan etc
    – soit une prestation de service et vous ne fournirez qu’une facture. A priori plus simple mais souvent plus difficile à obtenir puisque les collectivités publiques ne peuvent avoir un réel contrôle de l’argent utilisé…

    3 – Subvention de fonctionnement
    En résumé, elle ne sont quasiment plus obtenables en raison de la loi organique de 2001 qui a modifié la structuration des lois de finances de l’état. Si j’ai le temps je ferai un petit billet sur cette question. Elle revient souvent.
    Sauf à être, ce que j’appelle une association «  »transparente » » c’est à dire un activité déléguée d’un conseil général à une association par exemple, je ne pense pas que vous pourrez en obtenir.

    4 – Sur la solitude du porteur de projet …
    Des associations, travaillant avec les équidés, qui ont créé leur structure récemment existent mais beaucoup se battent encore pour arriver à financer les frais d’équipement et d’entretien générés et n’arrivent pas à se rémunérer convenablement.
    Je ne peux peux que vous encourager à vous rapprocher de la FITRAM (voir blogoliste) qui à ce jour est le seul organisme «  »reconnu » ». Son conseil d’administration siège au Conseil de l’Europe, lieu hautement stratégique pour des suggestions réglementaires. Ils seront vous orienter vers d’autres porteurs de projets et des formations.

    5- Sur Résilienfance
    a – Sur notre structure
    Perdu, nous n’avons pas notre propre structure … Nous sommes des nomades de la médiation animale. Mais cela à un prix:
    – tout d’abord, de nombreux déplacements et un choix drastique des structures équestres avec qui nous travaillons. Avoir une psychologue qui possède un Brevet d’état d’équitation nous aide beaucoup à « négocier » avec les moniteurs locaux.
    – Ensuite, une gestion multi-partenariale très très gourmande de temps.
    Par contre, cela nous permet de salarier les actions effectuées à un taux horaire décent.

    b- Sur nos soutiens.
    Nous ne les remercierons jamais assez de la confiance qu’ils nous accordent. Nous tentons de satisfaire au mieux leurs demandes.

    Merci encore pour vos encouragements… On essaiera de continuer le plus longtemps possible même si le temps nous manque de plus en plus …

    avatar
    delf
    octobre 15th, 2009 at 14:10

    bonjour peutetre pourriez vous m’aider car vous avez l’air trés bien calé 🙂
    j’ai l’idée depuis quelques temps (plusieurs) de crée une pensions pour chevaux (pension pure) on m’a dis d’aller voir la chambre des commerces car je produiré pas la nourriture pour les chevaux je l’achèteré donc « commerces » mais j’aurais droit a des aides si je suis pas « agriculteur » je suis un peu perdue pourriez vous m’aider merci?

    avatar
    Nicolas
    octobre 18th, 2009 at 11:23

    Bonjour,

    je ne peux que vous suggérer de lire ce billet :
    http://www.asclcp.fnsea.fr/sites/asi/actualites/je_suis_eleveur_de_chevaux/041108statutagricolecheval.aspx

    Par contre, le statut de jeune agriculteur permet de bénéficier d’aides et non le contraire.

    Un projet à méditer donc.

    avatar
    Sandrine
    octobre 4th, 2011 at 8:59

    Bonjour,
    Je suis tellement heureuse de découvrir (par hasard) un site avec des infos aussi claires concernant l’orientation vers la médiation animale, ce dans quoi je souhaite m’investir. Totalement perdue et en poste salarié dans un tout autre domaine, je ne savais comment m’y prendre et grâce à vous, j’y vois déjà ce matin un peu plus clair. Merci pour cela et bonne continuation dans vos différents projets. Je ne manquerai pas de consulter ce site que j’ai mis dans mes favoris et pour cause!
    Cordialement,

    avatar
    Caroline
    juin 25th, 2013 at 22:10

    Bonsoir,

    J’ai le projet de créer un institut médiation animale.
    Je pêche sur la forme association ou auto entreprise.
    Que me conseilleriez vous?
    Où dois je m’adresser pour avoir des aides financières?
    Merci d’avance
    Cordialement

    avatar
    Sandie Bélair
    juillet 22nd, 2013 at 15:56

    Bonjour Caroline,

    Avec mon expérience, je vous conseille de créer plutôt une auto-entreprise afin de tester votre activité et d’autant plus si c’est une activité complémentaire à une autre… Si cela fonctionne bien, vous pourrez très vite en vivre et changer de statut car cela reste un statut très précaire.
    A ce jour, je déconseille la forme associative… bien que Résilienfance fonctionne en association!
    Je ferai un billet prochainement sur ce sujet!
    Bon courage!

    avatar
    Maria
    juillet 31st, 2013 at 14:23

    Bonjour,

    j’ai travaillé, depuis le début de l’année, dans un centre de gérontologie à l’hôpital, en tant que bénévole dans le cadre d’une association de chiens visiteurs. Les résultats ont été très concluants, et ils veulent reprendre cette activité au mois de septembre, mais cette fois en me rémunerant. Je ne me suis pas lancée dans cette aventure pour faire de l’argent, mais finalement, j’ai accepté leur proposition. Par contre, il y a beaucoup d’aspects à revoir puisque mon statut de bénévole va passer au statut de travailleur indépendant (j’ai également un statut de salariée à temps partiel). J’ai donc beaucoup de questions à ce sujet, et notamment au sujet de l’assurance responsabilité pour mon chien. Jusque là, j’étais couverte par mon assurance responsabilité civile incluse dans l’assurance habitation, puisque c’était une activité bénévole, mais si je me fais rémunerer on m’a dit qu’il fallait souscrire une assurance spécifique (dont je n’ai même pas le nom exact). J’ai beau chercher sur Internet, je ne trouve rien qui y ressemble. Pourriez-vous m’aider ou me conseiller à ce sujet s’il-vous-plaît?

    Merci d’avance!

    Cordialement

    avatar
    Marie-Anne
    septembre 19th, 2013 at 15:54

    Bonjour,
    Merci pour ce blog qui répond à beaucoup de questions.
    Je m’intéresse à la médiation animale et je cherche une formation adaptée pour pouvoir mettre en place mon projet. Quelle formation avez-vous suivie? De plus, je me rend compte que pour le travail avec un animal (chien notamment), il faut être agréé. Quelle sont les réglementations à ce sujet (hygiène, sécurité, …) et le coût. Est-ce possible de prendre un chien non LOF pour ce type de travail?
    Il est aussi difficile de se mettre en lien avec des personnes effectuant de la médiation animale. J’ai vu quelques associations sur internet, notamment en Bretagne, mais aucune pour le moment ne m’a répondu. Il m’est donc difficile de faire le point sur les besoins et sur l’existant du territoire. Avez-vous des connaissances sur cette région?
    Il semble aussi difficile de vivre pleinement de cette activité, mais j’imagine que cela se construit petit à petit et demande de la patience. Je trouve votre projet tout à fait intéressant, avec un vrai soutien de différentes structures. Bravo.
    Marie-Anne

    avatar
    diane
    janvier 6th, 2014 at 14:59

    Bonjour, je vous remercie pour tout ce travail et ces infos trés utiles, au plaisir d’en parler plus longuement.

    avatar
    vincent
    février 10th, 2015 at 10:56

    bonjour
    je vais suivre une formation en mediation animale et j’aurai voulu savoir auprès de qui m’adresser et comment faire pour la creer sous forme association et quelles démarches suivre
    merci de votre comprehension
    cordialement
    vincent

    avatar
    CATHY
    mars 19th, 2015 at 4:50

    BONJOUR JE SUIS INFIRMIERE EN PSYCHIATRIE ET M’INTERRESSE BEAUCOUP A LA MEDIATION ANIMALE MAIS LES HOPITAUX ET CLINIQUES PSYCHIATRIQUES EN FRANCE SONT ASSEZ FRILEUSES CONCERNANT CE PROJET. MANQUE DE BUDJET ET PAS CONVAINCUS DE SON INTERET. BIEN DIFFICILE A CONVAINCRE. POURTANT PRES DE NEW YORK EXISTE UN HOPITAL POUR LES ENFANTS DE 3 ANS A 18 ANS OU LES ANIMAUX SONT UTILISES AVEC SUCCES POUR REPARER LES MALTRAITANCES DES HUMAINS, APPORTER AFECTION ET CONFIANCE, REDONNER GOUT DE VIVRE A SES ENFANTS ET LES AIDER A GRANDIR…QU’IL EST DOMAGE QUE CE PROJET NE SOIT PAS REPRODUI CHEZ NOUS ET QUE LE POUVOIR DES ANIMAUX SUR LA SANTE HUMAINE NE SOIT RECONNUE QUE PAR UNE POIGNEE D’INDIVIDUS ISOLES ET QUE TOUT EST TOUJOURS TRES COMPLIQUE CHEZ NOUS.

    avatar
    julie
    juin 1st, 2015 at 13:12

    Site découvert en effectuant des recherches sur la médiation animale, puisqu’en parallèle je prépare mon dossier de présentation pour le projet en question. Tellement de questions, malgré un stage passé,je constate qu’avoir un statut associatif pour ce type de projet n’est pas recommandé. Je pense vous réécrire durant les prochains jours (en privé)et garder l’espoir, que ce projet fonctionnera! (avec patience).

    avatar
    Moreau
    septembre 19th, 2015 at 10:53

    Bonjour,
    je suis entrain d’écrire mes statuts pour mon association et je me pose une question les achats tel que véhicule,animaux que deviennent ses biens en cas de liquidation peux on mettre une close pour récupérer ses achats surtout les animaux.
    merci de votre réponse

    avatar
    Nicolas Perez
    septembre 29th, 2015 at 12:08

    Bonjour,
    par principe : tout bien acheté par l’association devient sa propriété. l’asso est une personne morale donc une entité juridique à part entière.
    Concernant la liquidation des biens de l’association
    1 – 1ère étape : paiement des dettes (meubles, sommes d’argent, …).
    2 – 2ème étape : affectation des apports : Les apports sont restitués ou non à leurs propriétaires (ou à leurs ayants droit), suivant ce que les statuts prévoient. Si les statuts ne prévoient rien, c’est l’assemblée générale qui décide du devenir des apports. Les apports sont les biens mis à la disposition de l’association de façon permanente par certains membres ou anciens membres pour une durée indéterminée, sans qu’il s’agisse pour autant d’un don.
    3 – 3ème étape : affectation des biens restants : lorsque les statuts ne prévoient aucune disposition en la matière il convient de réunir l’assemblée générale afin de procéder à l’affectation des biens restants

    ATTENTION : Les membres de l’association ne peuvent pas se les répartir car cette opération serait alors considérée comme un partage des bénéfices.
    Les biens sont ainsi généralement transmis sous la forme de donations à des fondations ou des associations à l’objet social similaire.
    Donc théoriquement, les animaux doivent être donnés à une autre association. En pratique, je pense qu’il faudra démontrer l’incapacité des membres à trouver un récipiendaire pour qu’un membre garde l’animal.

    avatar
    Manon
    janvier 18th, 2016 at 9:45

    Bonjour, je suis animatrice en EHPAD et j’aimerais avoir plusieurs infos sur la médiation animale est-ce possible? J’aimerais réaliser ce projet dans la structure?

    avatar
    Sandie Bélair
    janvier 22nd, 2016 at 18:01

    Bonjour Manon,

    Sur notre blog, vous avez de nombreuses informations et de nombreux ouvrages conseillés. Nous ne pouvons répondre plus précisément par manque de temps. Notre association n’a pas vocation a proposer de la formation ou du conseil au montage de projet.
    Notre blog est déjà une mine d’infos. Il faut chercher et revenir sur des articles moins récents.
    Merci de votre compréhension.
    Sandie Bélair

    avatar
    Annick
    mars 2nd, 2016 at 1:11

    Je suis Educatrice équin à la Voix ; je m’occupe de mettre en place le lien entre l’humain et le cheval afin qu’ils puissent évoluer ensemble dans le respect mutuel dans une ambiance sympathique. Pour communiquer nous n’avons que notre voix (pas de stick ni cravache) donc pour créer le contact l’humain est obligé de « se révéler », de s’exprimer de telle sorte que le cheval comprenne ce qu’il veut. J’aimerai développer mon activité auprès de différentes institutions, comme les maisons de retraite, faire profiter ces personnes de ce formidable médiateur qu’est le cheval (en l’occurrence ce sont 2 ponettes avec lesquelles je peux me déplacer. Pouvez-vous me guider dans les contacts que je dois prendre : mairie, région ? (je me situe près de Reims 51). Merci par avance.

    avatar
    Gilbert
    mai 29th, 2016 at 16:01

    Bonjour,
    J’aimerai avoir des conseils sur la médiation par l’animal.
    Je suis déjà bien renseignée sur ce métier,mais n’ayant aucune connaissances dans ce domaine,me conseillez-vous de passer le diplôme accompagnant éducatif et social ou de faire la formation sur la médiation animale qui dure 3 semaines?
    Je suis actuellement manager dans le commerce,jai 46
    et un réel désir de m’orienter dans cette direction.

    Très contente d’avoir trouvé par hasard votre site.Merci

    Cordialement.

    avatar
    L'Hote
    juin 17th, 2016 at 14:37

    bonjour, MERCI pour ce blog bien utile
    je souhaite monter un Institut de médiation animale , je suis infirmière pouvez vous me dire le coût d entretien vétérinaire par animal et par an ?
    Connaissez vous quelques pistes pour l aide au financement ?

    avatar
    Lea
    juillet 1st, 2016 at 21:56

    Bonjour
    Je voulais savoir si en 2016 la formation de médiateur n était toujours pas obligatoire
    Merci

    avatar
    MOREAU
    septembre 27th, 2016 at 12:47

    Bonjour,
    Je souhaite créer mon association mais j’ai dû mal dans la rédaction de mes statuts et du règlement intérieur par rapport aux animaux .
    Merci d’avance

    avatar
    Emma
    octobre 13th, 2016 at 19:54

    Bonjour,

    J’ai dévoré votre article avec grand intérêt et sincèrement félicitations !
    j’attends vraiment la suite de l’article (chapitre 2: choisir ses statuts) car j’ai après avoir fait ma formation en MA, il ne me reste plus qu’à choisir mon statut juridique.
    Je ne souhaite vraiment pas impliquer ma famille ou des connaissances dans une association, car en cas de soucis, il est toujours délicat de gérer les conflits.
    Par contre si je crée ma micro-entreprise, mes animaux et bien (maison familiale par exemple)seront-ils protéger si la société doit s’arrêter?
    Voilà plein de question qui pour moi à ce jour, restent bien flou.
    Merci par avance pour votre travail et vos explications éventuelles concernant mon projet.

    avatar
    Nicolas Perez
    octobre 19th, 2016 at 19:34
    avatar
    Nicolas Perez
    octobre 19th, 2016 at 19:39

    Bonjour,

    vous trouverez sur internet des centaines d’exemples. Prenez des statuts conformes aux exigences jeunesse et sport.
    Chez Résilienfance, nous n’avons de règlement intérieur mais une charte de déontologie qui a été ensuite repris en grande partie par Licorne & Phénix lorsque nous étions encore membres.
    Elle fait office de Règlement intérieur

    avatar
    Nicolas Perez
    octobre 19th, 2016 at 19:50

    Bonjour

    question trop large pour pouvoir y répondre

    Désolé

    avatar
    Nicolas Perez
    octobre 19th, 2016 at 19:55

    Bonjour

    l’article a été écrit en 2008 : http://www.mediation-animale.org/construire-son-projet-choisir-son-statut-juridique-acte-ii/

    Il n’est plus totalement à jour donc vérifier en certains aspects

    avatar
    Nicolas Perez
    octobre 19th, 2016 at 19:58

    Bonjour

    pas à ma connaissance… et de manière générale, prenez une formation permettant d’obtenir un diplôme juridiquement reconnu par l’état
    Les formations seront plus longues mais vous pourrez toujours vous en prévaloir
    Or en médiation animale la liste des formations non diplômantes est très très très longue…

    avatar
    Françoise Godet
    décembre 8th, 2016 at 15:36

    Bonjour,

    Comment peut-on se procurer la liste des porteurs de projets et ceux qui seraient en recherche d’associés ?

    avatar
    Sandie Bélair
    décembre 15th, 2016 at 18:47

    Françoise, il n’y a pas de liste de porteurs de projets mais vous pouvez taper « médiation animale + le nom de votre région » sous les moteurs de recherche. Vous aurez déjà quelques professionnels à contacter! A bientôt.

    avatar
    Marie
    janvier 4th, 2017 at 15:47

    Bonjour, je m’interroge sur le type d’assurance qu’il faut souscrire et avec quelles conditions particulières pour accueillir des jeunes en difficulté dans une écurie de propriétaires en médiation animale (sans monter à cheval), juste pansage, manip à pied…etc? je suis déjà assurée en responsabilité civile centre hippique mais je me demandais comment ça se passe en cas d’accident corporel sur un ado au niveau assurance et prise en charge étant donné qu’il n’y aura pas pratique de l’équitation, doivent-ils souscrire eux même une autre assurance et si oui, laquelle sachant que ce ne sera qu’un publique occasionnel…? merci infiniment pour vos réponses qui vont beaucoup m’éclairer sur ma future activité!

    avatar
    Nicolas Perez
    janvier 22nd, 2017 at 13:36

    Bonjour,

    répondre à ce type de questions nécessite 2 choses : avoir le contrat d’assurance dans les mains et connaitre les subtilités du droit des assurances.
    je vous conseille vivement de prendre RDV avec votre assureur, de lui présenter votre projet par écrit et vos statuts. Il vous guidera mieux que je ne pourrai le faire

    avatar
    Emmanuelle
    mars 5th, 2017 at 12:29

    Bonjour,
    Tout d’abord merci d’avoir partagé votre expérience.
    Je vais essayer d’être brève, mais n’hésitez pas à me poser des questions. J’ai une association d’asino thérapie. Je suis éducatrice dans le secteur de la protection de l’enfance. Depuis 1 an j’utilise mes ânes (bénévolement) dans le cadre de mon travail, mais je n’ai pas fait de convention de partenariat.Je souhaiterai, en lien avec l’association qui m’embauche, contractualiser « l’utilisation de mes ânes ». Pourriez-vous m’éguiller pour écrire cette convention? Je ne sais pas le contenu… En vous remerciant

    avatar
    Sandie Bélair
    mars 6th, 2017 at 11:50

    Bonjour. La convention engage les signataires et mentionne notamment le calendrier des activités, les horaires, le lieu, le nombre d’enfants ou de personnes bénéficiaires, les responsabilités et les engagements respectifs, le rôle des professionnels, les conditions d’exécution et d’annulation, les contres indication médicales, la participation financière. Bonne continuation

    avatar
    emily
    avril 10th, 2017 at 7:28

    Bonjour et merci pour votre site et vos explications qui sont très clair même pour des novices . je ne sais pas si vous pourrez m’aider mis je tente: je suis en train de monter un projet professionnel avec pole emploi pour le financement d’une formation BP éducateur canin. En Fait je ne sais pas comment le rédiger, est ce que je dois faire ce dossier comme un rapport de stage ou autre . je suis vraiment dans le flou… et je serai donc auto entrepreneur quand je commencerai .avez vous un doc complet sure ce statut a me conseiller? et ils me demandent aussi évidemment que je développe sur l’après formation sur la structure et l’installation prévue, les contraintes auquelles je vais faire face et les moyens à mobiliser.avez vous des documents à me conseiller. je fais beaucoup de recherches sur internet mais à ouvrir des dizaines de pages je m y perds. sur l’aspect financier aussi avez vous un doc à me conseiller? j’ ai choisi par ailleurs que continuer ma formation après le bp avec une formation comportementaliste et quelles activités annexes telle que vente d’articles/croquettes puis après au mordant sportif mais prendra du temps j en suis consciente. En dernier lieu savez vous remplir les comptes CPF? désolée de toutes ces questions mais j’ai un entretien avec ma conseillère mercredi pour présenter mon projet et elle ne me répond pas depuis plus d’une semaine. svp .. je vs en remercie infiniment d’avance.
    cdt,
    emily

    avatar
    Jardim
    avril 26th, 2017 at 21:00

    Bonjour je suis assistante de vie , actuellement travaillant dans un EHPAD depuis 3 mois comme agent de soin . Je suis très ambitieux concernant l’évolution des animations et des thérapies avec les animaux …passionné des animaux , et je suis convaincu que les animaux sont un vecteur de vie !! Je souhaiterais me formée en metiateur animal dans l’établissement où je travail , pour le paiement de la formation comment ça se passe l’établissement paye ou c’est moi que dois paie ? On doit avoir notre propre animaux ou on doit acheter et le dressé ??

    avatar
    Sandie Bélair
    mai 16th, 2017 at 10:57

    Bonjour en tant que salariée, vous avez droit à des heures de formation. Il faut voir avec votre employeur. Cependant, il me semble qu’il faut avant tout créer un projet de médiation animale au sein de l’EHPAD avec la direction, les professionnels, les résidents et leurs familles. Je vous conseille ce livre à commander directement à la maison de retraite mentionnée tout en bas avec le coût et l’adresse de commande: http://www.mediation-animale.org/etat-des-lieux-de-la-mediation-animale-dans-les-maisons-de-retraite-de-la-theorie-vers-la-conception-dun-cahier-des-charges-de-r-kohler/
    Pour les animaux, cela dépend du projet et des choix faits. Toutefois, il faut des animaux aptes à ce type de médiation que ce soit sur le plan comportemental ou sanitaire. Là encore je vous renvoie au livre mentionné plus haut dans mon commentaire.
    Bonne continuation

    avatar
    petits sabots et grandes oreilles
    juillet 13th, 2017 at 15:06

    bonjour! a la lecture de votre article, je me suis dit que vous pourriez peut être me renseigner: je suis présidente de l’asso petits sabots et grandes oreilles( voir page facebook), nous sommes tous des bénévoles, depuis 3 ans nous proposons des promenades avec les ânes ( nous avons une calèche adaptée pmr) , nous visitons les maisons de retraite, etc… nous aimerions mettre en place avec certaines maisons de retraite et le personnel soignant des séances de médiation asine; le seul « diplôme » que je possède est ma formation ânier+ mon expérience de 20 ans avec mes ânes, à votre avis est ce suffisant?merci

    avatar
    Sandie Bélair
    juillet 18th, 2017 at 16:00

    Bonjour, je vous conseille de prendre contact avec l’association Médi’âne… voir notre article de ce jour. Merci et à bientôt

Leave a Reply

Recevez les articles par mail

A propos

La Médiation Animale ? Telle est la question pour un grand nombre de personnes … Le but de cette pratique, en quelques mots, est la recherche des interactions positives issues de la mise en relation intentionnelle homme-animal. Elle est donc associée à une intentionnalité ... Lire la suite

Sandie

Recherchez sur le blog

A découvrir

Bibliographie

Définition Médiation Animale