Sandie Bélair novembre - 30 - 2016
avatar

Cette semaine, nous avons souhaité mettre à l’honneur une association de médiation animale (dont je suis aussi fondatrice) qui œuvre pour la reconnaissance de notre pratique et qui rassemble des praticiens: l’association Licorne et Phénix. Son action est régionale, nationale et internationale.

A quelques jours de leur prochain colloque, nous avons proposé un entretien à sa présidente, Marine Grandgeorge, avec qui nous sommes en lien depuis de nombreuses années (Marine était rédactrice sur ce blog).

La solidarité entre associations et praticiens nous semble essentielle pour faire avancer notre pratique. La diversité d’écoles, de fédérations et d’associations est aussi un atout avec une pluralité de pensées, de points de vue et d’opinions… Cela offre le choix aux praticiens de se reconnaître dans un collectif plutôt que dans un autre. Et rien n’empêche ces collectifs de travailler ensemble et de partager! Qu’en pensez-vous? Alors, bonne lecture et n’hésitez pas à faire un petit commentaire… Merci!
 
1) La prochain édition de votre rdv annuel, « Les Automnales », approche, quelle est l’ambiance à quelques jours de cet événement? Tout est prêt? Pas trop stressée?
L’ambiance est très positive, avec l’envie de se revoir et rencontrer des nouvelles personnes. Ce RDV annuel rythme vraiment la vie de l’association et nous l’attendons tous ! Bien sûr, tout n’est pas encore finalisé mais ce sont des détails comme finir d’imprimer les badges, les programmes, etc… Plus que le stress, c’est l’impatience qui est présente !
 
2) Comment s’organise vos colloques? C’est un groupe différent chaque année qui le prépare? Comment sont choisies vos thématiques?
Tous les ans, c’est un groupe dans une région qui organise le colloque, souvent avec une bonne année de préparation. Le groupe 2017 est déjà en pleine réflexion pour l’année prochaine. Pour cette année, cela a été plus particulier car le groupe initialement organisateur n’a finalement pas pu le mener jusqu’au bout. C’est une équipe reserrée du CA de l’association qui a travaillé dessus, et tout à distance du lieu. Nous avons eu deux réunions physiques pour discuter notamment du choix des thématiques (elles sont toujours discutées en groupe avant et validé ensuite par le bureau de l’association). Puis j’ai assuré la coordination des tâches avec toute l’équipe : certaines se sont occupées du lieu, d’autres du contact avec les intervenants, une autre des sponsors, etc…
 
3) Quel sera le contenu cette année et quelles seront les thématiques développées et discutées?

Cette année, le thème est la médiation animale ici et ailleurs. Nous chercherons notamment à mieux connaitre les pratiques de médiation animale à l’international – que cela soit via des connaissances scientifiques ou par des pratiques différentes, à travers des conférences et des ateliers à thème menés par différents intervenants . S’ouvrir sur les pratiques au-delà de nos frontières, c’est réfléchir ensemble, c’est s’enrichir de la différence.
Par exemple, le matin, Luca Farina nous parlera de comment se passe la gestion de la médiation animale en Italie, où il existe un centre de référence coordonné par le ministère de la santé ; l’après midi, un atelier présentera une pratique de MA en milieu carcéral qui se fait en parallèle en Suisse et en France ; ou encore un débat à partir de films de différentes pratiques de MA dans le monde, qui questionne notre vision française.
 

automnales-2016-flyer

 
4) La plupart des praticiens ont conscience que la médiation animale a besoin de théorisation et d’être conceptualisée pour obtenir ses lettres de noblesse c’est à dire une reconnaissance. Toutefois, la science devrait être au service de la pratique/du terrain et de nombreux praticiens ont l’impression/le sentiment que c’est l’inverse actuellement. En tant que présidente d’une association de praticiens en médiation animale et chercheuse, qu’en penses-tu? Comment rassurer ces praticiens qui ne sont pas contre la science mais qui se questionnent sur le bien-fondé des démarches et l’éthique? Comment ne pas les faire fuir les colloques où on y parle trop recherches/science?

C’est une réelle difficulté, ou plutôt, c’est un réel challenge qui, je pense, passera par une compréhension mutuelle. C’est d’ailleurs ce partenariat recherche-pratique que nous mettons aussi à l’honneur dans deux ateliers l’après midi en présentant deux exemples qui ont marché :
– une praticienne en ferme pédagogique a accueilli une étudiante en master 1 pour un stage de recherche. Elles présenteront leur expérience, les points forts et points faibles ainsi que des conseils issus de leurs expériences pour réussir l’accueil d’un stagiaire
– une recherche de 3 ans entre Handi’ Chiens et le laboratoire d’éthologie de Rennes où nos protocoles de recherches, très fondamentaux à première vue leur ont servi par la suite dans l’amélioration de leurs pratiques.
Pour réussir ce partenariat, il faut que chercheurs et praticiens fassent un pas vers l’autre et comprennent ce que sont les contraintes du métier de chacun. Je ne jette la pierre ni à l’un ni à l’autre. Comprendre l’autre, respecter ses différences et apprendre à travailler ensemble ! C’est compliqué mais quand cela marche, c’est un beau succès.
Et surtout, il faut démystifier la recherche. Ce n’est pas compliqué et il est possible de s’y intéresser sans plonger dans un jargon incompréhensible. Pour les rassurer, les chercheurs, dont moi, sommes des êtres humains 😉
 
5) Peut-on encore s’inscrire aux Automnales et peut-on le faire le Jour J?
Les inscriptions sont malheureusement closes, pour des raisons d’assurance et de gestion de l’organisation. Mais il y a l’année prochaine pour se rattraper. Notre colloque se fait toujours à l’automne, entre début octobre et début décembre.
 
6) Quels sont les projets à court, moyen et long terme pour Licorne Phénix?
Outre l’organisation du congrès, nous souhaitons continuer à développer des groupes régionaux où les praticiens se rencontrent et échangent. C’est une des raisons principales pour lesquels les personnes deviennent membres de l’association. Pour les autres projets, c’est à suivre car nous sommes au moment du renouvellement de l’équipe du bureau, comme c’est le cas tous les trois ans.
 
7) Le mot de la fin est pour toi!

Merci au blog de la médiation animale pour cette mise en lumière sur les Automnales. Le domaine de la médiation animale reste petit malgré tout, et je suis persuadée que c’est en travaillant tous ensemble dans le même sens que nous arriverons à faire bouger les lignes. Très souvent, quand j’interviens dans le cadre de l’association Licorne & Phénix, j’utilise cette citation « seul, on va plus vite, ensemble, on va plus loin ». Cela me semble être un joli mot de fin!
 

Sandie Bélair

 
+++ Pour en savoir plus: Les Automnales

Leave a Reply

Recevez les articles par mail

A propos

La Médiation Animale ? Telle est la question pour un grand nombre de personnes … Le but de cette pratique, en quelques mots, est la recherche des interactions positives issues de la mise en relation intentionnelle homme-animal. Elle est donc associée à une intentionnalité ... Lire la suite

Sandie

Recherchez sur le blog

A découvrir

A découvrir... les actes

Réseau Médi’asinus