Natacha Darduin septembre - 9 - 2009
avatar

Enfin, le retour des billets sur la médiation animale!! Aujourd’hui, Natacha vous propose un résumé de son mémoire de Master 1 en psychologie clinique et pathologique. J’ai plaisir à vous préciser que Natacha a fait un travail de grande qualité qui a « conquis » le jury de l’université! Bravo à elle pour cette recherche, sa détermination et son engagementà nos côtés!

Bonne lecture! Sandie

Dans le cadre de mon stage de Master 1 mention psychologie clinique et pathologie, j’ai pu participer activement et mener aux côtés d’une psychologue clinicienne, des ateliers à médiation animale auprès d’enfants présentant des problématiques diverses. La population d’enfants « bénéficiaires » de ces interventions qui a retenu particulièrement mon attention de part la richesse des éléments cliniques observables sur le terrain, est une population d’enfants présentant une déficience mentale. Après une phase d’observation de l’interaction de ces enfants avec le chien amené sur les ateliers, j’ai pu repérer chez ces enfants des éléments relevant d’une insécurité affective. L’animal de part sa quête continuelle d’élan à l’interaction et de comportements affiliatifs, leur permettait alors de révéler des comportements adaptatifs insoupçonnés. Ce constat clinique m’a donc amené à me poser la question de l’impact de cette relation à l’animal sur le développement affectif et relationnelle des enfants déficients mentaux.

Mon développement théorique a permis de mettre en avant le lien possible, dans une perspective multifactorielle, entre la déficience mentale et les troubles de l’attachement. Dans une analyse hypothético déductive j’ai pu observer qu’un attachement insécure pouvait être un des facteurs étiologiques de la déficience mentale. De plus, la médiation animale, a fait ses preuves en terme de restauration de la sécurité affective, à travers la relation à l’animale et en terme de développement des compétences socles. A l’issue de ces apports théoriques j’ai ainsi posé l’hypothèse de travail suivante : les ateliers à médiation animale permettent aux enfants déficients mentaux présentant un attachement insécure de « restaurer » une sécurité affective à travers la relation à l’animal, ce qui permet un développement positif de leurs compétences socles.

Un échantillon de huit sujets de neuf ans d’âge moyen a bénéficié de ces ateliers sur une durée de dix mois, à raison d’une fois tous les quinze jours. Scolarisés en Classe d’Intégration Scolaire (déficience mentale légère), ces enfants ont été soumis à un test permettant de déterminer leur qualité d’attachement qui s’est révélée être majoritairement insécure. Un questionnaire d’évaluation de l’attachement au chien de l’atelier, a été rempli à la fin des séances par notre échantillon, afin d’apprécier l’impact en terme de « restauration » de la sécurité affective. De plus, une grille d’observation des compétences socles, élaborée pour les besoin de l’étude, a été remplie avec deux temps de mesure (début/fin), par les professionnels intervenant sur les ateliers.

Au vu de nos résultats, les enfants déficients mentaux de l’échantillon sont insécures et développent leurs compétences socles lors des ateliers à médiation animale. Il est maintenant évident que ces ateliers ont un impact thérapeutique sur le développement relationnel et affectif des enfants de l’échantillon. Cependant l’hypothèse de lien entre le degré d’attachement à l’animal et le développement positif des compétences est infirmée.

Ma discussion a alors permis une réflexion clinique complémentaire, permettant d’interpréter le rejet de cette hypothèse. En effet, j’ai évalué seulement la relation au chien et omis les attachements multiples que peuvent créer ces enfants avec les intervenants et leurs pairs au sein de l’atelier. L’impact thérapeutique est également dû à l’environnement et à l’accompagnement contenant par le psychologue clinicien. Le rôle de ce dernier, au sein des ateliers, est alors primordial dans l’évaluation de cette pratique et dans l’encadrement de l’interaction entre l’animal et l’enfant. Il permet de mettre en mot les actions de l’enfant et de lui permettre d’exprimer ses émotions et ses difficultés.

Les résultats obtenus par cette recherche sont encourageants et s’inscrivent dans une perspective clinique. Ils permettent, selon les limites soulevées, d’adapter le travail sur le terrain lors de la reconduction des ateliers l’année prochaine. D’autre part, cette étude permet d’interroger l’évaluation globale de cette prise en charge offerte au psychologue clinicien dans l’exercice de sa pratique. Enfin, ce travail met en avant la pertinence de proposer une orientation vers des ateliers à médiation animale aux enfants présentant un tel profil.

Natacha

4 Responses to “L’atelier à médiation animale: l’impact de l’attachement au chien sur le développement des compétences socles des enfants déficients mentaux insécures”

    avatar
    leroy
    septembre 26th, 2015 at 19:53

    Bonjour,
    Tout d’abord bravo pour cet article, et pour ce mémoire qui à l’air vraiment intéressant.
    Je suis actuellement étudiante en M1 Psychologie du développement à Nantes, je veux à la suite de mon M2 faire une formation en médiation animale pour ensuite travailler auprès d’enfants en situation de handicap.
    Ayant un stage à effectué cette année de 150h, j’aimerais beaucoup trouver un stage avec une psychologue pratiquant ou ayant pratiqué la médiation animale.
    Ainsi je voudrais savoir si vous auriez des contactes de psychologues exerçant dans ce domaine et qui seraient susceptible de prendre des stagiaires.
    Merci à vous.

    avatar
    soldat de métier
    mai 9th, 2016 at 3:16

    Les chiens de guerre, des binômes sportifs assez spéciaux…

    La complicité du chien et de l’homme continue dans l’armée et les activités militaires, avec un entraînement spécifique pour ce binôme très spécial… Le reportage vidéo de l’armée de Terre au sujet de l’entraînement de chiens participant au championnat…

    avatar
    Marie
    janvier 9th, 2017 at 16:12

    Bonjour je suis etudiante pour devenir AMP et je voudrais faire mon « memoire » sur la zoothérapie. N’ayant de notion trés simpliste en psychologie je voudrais savoir s’il est possible de lire votre mémoire afin d’avoir des notions, le point de vue de la zoothérapie par une personne du milieu de la psychologie.
    je vous prie de bien vouloir m’aider.
    Cordialement

    avatar
    Sandie Bélair
    janvier 31st, 2017 at 18:20

    Bonjour, je suis navrée ce mémoire ne peut être communiqué. Mais vous pouvez vous reporter à notre bibliographie qui vous aidera à répondre à vos questions. D’autre part de nombreux articles sur ce blog pourront vous aider. IL faut chercher et y passer du temps. Et enfin, le site de la Fondation Sommer et notamment son centre de documentation sont bien fournis. Merci et bonne continuation

Leave a Reply

Recevez les articles par mail

A propos

La Médiation Animale ? Telle est la question pour un grand nombre de personnes … Le but de cette pratique, en quelques mots, est la recherche des interactions positives issues de la mise en relation intentionnelle homme-animal. Elle est donc associée à une intentionnalité ... Lire la suite

Sandie

Recherchez sur le blog

A découvrir

A découvrir... les actes

Réseau Médi’asinus