Sandie Bélair février - 20 - 2017
avatar

Après le travail d’une psychologue puis d’une psychomotricienne qui exercent avec un chien d’accompagnement social, je vous propose de découvrir celui d’une ergothérapeute. Il s’agit d’Elsa Thevenon.

Il s’agira de la dernière interview d’un référent de chien d’accompagnement social Handi’Chiens. Malgré notre projet de faire beaucoup plus, nous avons décidé de nous arrêter là… Toutefois, nous poursuivrons nos rencontres avec des praticiens en médiation animale.

Dans cette attente, bonne lecture…

Qui es-tu Elsa?

Je suis ergothérapeute, j’exerce en libéral, essentiellement avec des enfants porteurs de handicaps moteurs et pluri/polyhandicap. Je suis passionnée par mon travail, constamment en recherche, de ce qui peut les aider à être les plus autonomes et indépendants possibles… et de nouveaux défis ! Concrètement, au quotidien je :
• pratique une méthode de rééducation sensori-motrice peu connue,
• fais beaucoup de guidance parentale,
• mets en place des systèmes de communication alternative et augmentée pour des enfants qui ont des besoins complexes en communication,
• travaille avec les familles pour la mise en place d’aides techniques pour l’enfant (fauteuils roulants, positionnement, tricycles thérapeutiques, appareillage d’aide aux déplacement et tout autre chose qui puisse contribuer à aider l’enfant à participer socialement : chez lui, lors des loisirs, à l’école…)
Et… pour tout ça, je suis accompagnée de Jymka, une Golden Retriever Handi’chiens de 3 ans, depuis le mois de mai 2016.

 

Peux-tu nous parler plus précisément de l’ergothérapie?

L’ergothérapie est une profession qui offre des perspectives de travail très variées selon les postes occupés ! Je vais essayer de résumer brièvement ce qu’est l’ergothérapie… ce qui en soit n’est pas un exercice facile ! Pour plus de détails vous pouvez visiter le site de l’ANFE.
L’objectif de l’ergothérapie est de permettre à chaque personne, de la naissance jusqu’à la mort, de réaliser les activités qui ont un sens pour elle, en étant la plus autonome et la plus indépendante possible. Le but de l’ergothérapeute est donc de permettre, par la rééducation, la réadaptation et l’adaptation / la prise en compte de l’environnement de la personne et de permettre à cette dernière d’avoir une participation sociale à la hauteur de ses capacités.
Difficile en lisant cela de s’imaginer comment l’appliquer à un enfant ? Prenons un petit loulou qui a un handicap moteur et qui ne peut s’exprimer par la parole. L’ergothérapeute va, en lien avec la famille et les autres paramédicaux autour de l’enfant, pouvoir chercher comment lui permettre de jouer, de manger ou de s’habiller seul, de se déplacer de façon plus indépendante, de communiquer autrement que par la parole, adapter le matériel dont il a besoin pour apprendre etc. L’ergothérapeute pourra également soutenir l’entourage de l’enfant pour qu’il puisse accompagner l’enfant au quotidien dans les meilleures conditions possibles et conseiller d’éventuelles adaptations de l’environnement.

 

Dans cette pratique, tu as fait le choix de travailler avec un chien Handi’Chiens, pourquoi?

J’ai découvert Handi’chiens au travers des chiens d’assistance et chiens d’éveil. Je ne connaissais pas, à l’époque, le concept des chiens d’accompagnement social, mais je trouvais que l’apport du chien pour ces personnes devait être extraordinaire. Puis, je suis allée à la rencontre de bénéficiaires et j’ai découvert avec eux et sur le site internet de l’association, l’existence des chiens d’accompagnement social. A partir de là, le projet est resté dans la tête en tâche de fond. Je ne souhaitais pas prendre de décision trop vite et je n’étais même pas encore diplômée ! Au cours de ma réflexion, j’ai rapidement identifié quelques domaines où la présence d’un chien serait un plus. Je pensais également que le chien pourrait m’apporter beaucoup personnellement mais je ne souhaitais pas prendre un chien qui resterait à la maison seul toute la journée (je travaille beaucoup…). Éduquer le chien ne me paraissait pas accessible dans mes conditions de vie actuelle (et sans aucune connaissance à l’époque) et les contacts avec l’association Handi’chiens m’ont convaincue que ça serait le bon choix ! Je voulais un chien bien dans sa tête, facile à gérer et qui puisse me suivre partout ! J’ai trouvé bien plus 😉

Que t’apporte t-il dans ta pratique? Quelles sont « ses missions »?

Aïe, vaste question !
Jymka est un support de plus pour de nouvelles activités ! Difficile de trouver les bons mots pour qualifier l’apport du chien ! Je pense être encore en phase de découverte. Je ne prétends pas faire de la médiation animale, plutôt majoritairement des activités assistées par l’animal. Jymka accompagne ce que je propose aux enfants et propose elle aussi des interactions, elle enrichit ce que je faisais déjà, et crée de nouvelles opportunités ! Elle motive les enfants et les rassure. La plupart du temps Jymka n’intervient que sur une petite partie de mes séances.
Jymka permet de stimuler la motricité au sens large : elle apprend actuellement à faire de l’accompagnement à la marche, ce qui motive énormément les enfants. Elle permet aussi de faire des activités de motricité fine : par exemple, j’ai créé un lot de foulard pour elle avec différent type d’attaches, les enfants travaillent alors leur motricité fine pour pouvoir lui mettre le foulard qu’ils ont choisis. Elle leur apporte, spontanément ou dans le cadre d’un exercice, des objets qu’ils doivent attraper. Nous cachons les récompenses de Jymka dans des boites à ouvrir, les enfants brossent Jymka, lui mettent ou retirent de petites pinces à cheveux etc. Ce ne sont que quelques exemples de la richesse du travail moteur qu’elle peut offrir.
Jymka est aussi un super support de communication. Elle connaît quelques commandes en langue des signes, donc même des enfants ayant des besoins complexes en communication peuvent lui demander de faire des actions simples : dis bonjour, assis, couché, roule, à ta place, tourne, aboie… Quelle fierté pour eux ! Elle permet aussi de donner envie à l’enfant de communiquer pour interagir avec elle. Je suis, par exemple, une petite de 2 ans, qui fait très peu de sons habituellement et qui babille énormément en présence de Jymka ! Avec les appareils de communication alternative nous parlons de Jymka, commentons ce qu’elle fait ou a fait ! Nous racontons ses « bêtises » ! Cela apporte beaucoup de joie.
Elle est aussi un excellent support au travail sensoriel d’une manière générale. Par exemple au niveau visuel, beaucoup de mes loulous ont du mal à supporter le mouvement lorsqu’ils doivent maintenir une position, c’est incroyable comme certains ont progressé depuis la présence de Jymka. Elle permet évidemment d’expérimenter de nouvelles sensations tactiles également.
D’une manière plus large, Jymka donne envie aux enfants qui l’apprécient de venir en rééducation. Elle rythme les séances, adore aller dire bonjour en salle d’attente et se prépare aussi pour dire au revoir -tiens, il faudrait qu’on apprenne une commande pour ça !-, elle peut aussi être une « récompense » lorsque l’enfant s’implique bien dans la séance.

Je pourrais en écrire des pages, mais je vais m’arrêter sur deux derniers points :
– les effets collatéraux : beaucoup de choses auxquelles on ne s’attend pas trop au début ! L’autre jour une maman qui m’avait prévenue dès le début de sa phobie des chiens et ne voulait pas de Jymka proche d’elle ou en mouvement dans la pièce me dit, tout en caressant Jymka « je crois que grâce à Jymka ma phobie est partie » ! Et puis, très souvent, lorsque je travaille avec les enfants sans Jymka, les parents s’asseyent près d’elle… elle qui adore poser sa tête sur les pieds ou la cuisse… et se faire caresser ! C’est impressionnant l’apaisement qu’elle peut apporter aux parents également, qui adorent ces instants là. Ou encore, Jymka arrive parfois avec peu de délicatesse en salle d’attente, ce qui a le don d’amuser la galerie, bien sûr elle adore, et ne se rend pas compte à quel point cela impacte positivement les familles présentes !
– l’effet sur moi : on parle souvent de l’apport dans le travail, mais Jymka vit avec moi 24h sur 24 et c’est une merveilleuse compagne de vie ! J’apprends beaucoup avec elle, elle m’apporte énormément !

 

Contrairement à ce que tu dis Elsa, tu fais bien de la médiation animale… Quels sont tes projets?

Je suis constamment en projets ! Pas forcément directement dirigés vers le travail avec Jymka, mais elle n’est jamais très loin. J’aimerais améliorer ses compétences pour l’assistance à la marche car les enfants adorent. Pour ma part, j’apprends à ses côtés pour pouvoir proposer une intervention plus efficace avec elle, mieux la diriger, bien utiliser ce qu’elle propose spontanément etc. J’ai encore beaucoup à apprendre !

Si on veut suivre ton travail, comment fait-on?

J’ai un site pro : www.elsa-ergo.com mais pour l’instant je n’ai pas eu le temps de rajouter une catégorie Handi’Chiens malheureusement, et je n’ai pas encore prévu de page spéciale pour Jymka, bien que j’y pense !

 

Avec quel animal de roman, de BD, de mythologie… aurais tu aimé travailler ?

J’ai été marquée par les romans des « Les enfants de la terre » étant plus jeune. J’adorais l’héroïne « Ayla » et sa relation avec les animaux. J’ai appris à lire avec « Boule et Bill » donc j’ai en mémoire certains passages clefs, dont les épisodes des « bains » de Bill qui ne sont pas sans me rappeler certains moments avec Jymka. Oups, ça ne répond pas à la question, je n’ai pas d’idée d’animal avec lequel j’aimerais travailler, je préfère rester avec Jymka 😉

Le mot de la fin est pour toi…

Merci à Handi’chiens pour tout ce beau travail, à son éducatrice Cynthia pour sa présence dans les moments difficiles, à la famille d’accueil de Jymka qui a aussi fait un merveilleux travail et est toujours là pour me soutenir aujourd’hui !
Merci aussi à tout ceux qui ont su accompagner ce projet de manière bienveillante malgré tout ce que ça sous-entendait comme bouleversements : ma collègue, les familles avec lesquelles je travaille, mon entourage…
Merci Jymka pour tout… tout ce que j’apprends avec toi, ce que tu m’apportes au quotidien et ce que tu apportes aux enfants et leurs parents !

Sandie Bélair

+++ Sur le même thème:

D’autres interviews:

Interview de Blandine Sauzay Pierens, psychomotricienne et référente d’un chien d’accompagnement social Handi’Chiens

Interview d’Émilie Barutello, psychologue et praticienne en médiation animale, sur l’intégration d’un chien d’accompagnement social Handi’chiens en EHPAD!

Des vignettes cliniques:

Histoires courtes en Thérapies avec le Chien # 2: Tom!

Histoires courtes en Thérapies avec le Chien # 1: Arthur!

Leave a Reply

Recevez les articles par mail

A propos

La Médiation Animale ? Telle est la question pour un grand nombre de personnes … Le but de cette pratique, en quelques mots, est la recherche des interactions positives issues de la mise en relation intentionnelle homme-animal. Elle est donc associée à une intentionnalité ... Lire la suite

Sandie

Recherchez sur le blog

A découvrir

Bibliographie

Définition Médiation Animale